Babelio met sa communauté à profit avec Babelthèque

17 05 2009

Babelio vient de lancer Babelthèque, dont l’intérêt est d’enrichir le catalogue des bibliothèques partenaires grâce à la mutualisation des données entre les membres de la communauté et les usagers des bibliothèques.

Babelio : le réseau social des lecteursbabelio

Le site Babelio, lancé en 2007 par trois amateurs de livres, se propose de réunir les lecteurs. Sitôt inscrit, l’utilisateur peut créer et classer sa bibliothèque virtuelle (miroir de sa bibliothèque réelle), noter et critiquer ses livres et discuter avec les autres membres dont il peut visiter les bibliothèques. L’utilisateur peut également visionner des vidéos d’auteurs, télécharger des extraits d’œuvres, etc. Babelio propose en outre des fonctionnalités innovantes telles que la possibilité d’ajouter des livres à sa bibliothèque en scannant le code barre par webcam.

Babelthèque : un nouveau service à destination des bibliothèques

babelthèque

Babelthèque permet aux bibliothèques d’enrichir leurs OPAC et leurs sites Internet en important le contenu produit par les membres de la communauté de lecteurs de Babelio : critiques, citations, nuages d’étiquettes etc..

Babelthèque permet également aux usagers de la bibliothèque de saisir des critiques et citations dans l’OPAC, qui sont partagées avec l’ensemble des bibliothèques partenaires.

Les avantages :

  • au plan technique, de très nombreuses fonctionnalités : ajout de critiques et de citations mais aussi de tags et d’évaluations, navigation autour des tags, personnalisation de l’affichage via les CSS pour une meilleure prise en compte de l’identité graphiques des OPAC, etc.
  • au plan de la mutualisation, Babelthèque permet aux usagers des bibliothèques de nourrir eux-mêmes le catalogue de l’établissement qui les héberge ou celui d’autres bibliothèques partenaires.

 

Le site de Babelio : http://www.babelio.com/

Le site de Babelthèque : http://www.babeltheque.com/

Bibliobsession : Exclusif : Babelio innove et lance Babelthèque

Urfist Info : Babelio lance Babelthèque

Publicités




Parler à un bibliothécaire sur Skype ?

17 05 2009

 skype

Sur le site de la bibliothèque universitaire de l’Ohio, il est possible de parler avec un bibliothécaire sur Skype (skype est un logiciel permettant à ses utilisateurs de passer des appels téléphoniques à travers Internet). Les utilisateurs s’en servent principalement pour poser des questions de références aux bibliothécaires.

 

Site de la bibliothèque universitaire de l’Ohio :

http://www.library.ohiou.edu/ask/index.html

Vidéo de démonstration (en anglais) de l’utilisation de Skype dans la bibliothèque universitaire de l’Ohio:

 http://libraryvoice.com/archives/2009/03/03/monday-night-update-episode-5/





Calaméo

10 05 2009

Une bibliothèque en ligne collaborative

calaméo

Calaméo est une plate-forme francophone de partage en ligne de documents Word, Powerpoint, PDF, Excel et OpenOffice.

Il correspond à la version francophone de Scribd.

Calaméo, c’est :

→ Publier des documents

→ Partager ses publications sur le site ou en insérant un widget pour les intégrer à son blog ou à son site

→ Explorer les publications des autres utilisateurs dans la bibliothèque

Les documents publiés sur Calaméo peuvent être consultés depuis n’importe quel navigateur et partagés par courriel, messagerie instantanée ou un autre site.

Les options proposent de choisir le mode de publication, publique ou privée, pour partager ses documents avec les contacts prédéfinis.

Calaméo utilise Flashplayer 9 pour présenter les publications. Il les présente sous forme de livres ou de brochures dont on tourne les pages (à la différence de Scribd qui les affiches les unes à la suite des autres). Il est possible de laisser des marques pages dans les documents consultés, faire des commentaires ou d’évaluer les publications.

Utilisation en bibliothèques

Calaméo se destine à tout internaute qui veut faire partager ses documents, mais aussi aux étudiants qui veulent faire partager leurs thèses, aux chercheurs qui veulent montrer leur travail, aux entreprises qui pourront partager leurs brochures, et donc pour nous, calaméo, c’est rendre accessible et partager nos dernières publications sur le blog de la bibliothèque grâce à un widget, ou sur le site calaméo via le profil de la bibliothèque.

Le profil en ligne propose également de s’abonner au flux des dernières publications.

Voir le profil de la médiathèque d’Astrolabe sur calaméo.

Exemples de bibliothèques utilisant Calaméo :

Médiathèque de Bagnolet

BM Angers

Médiathèque de Quimperlé





Réseaux sociaux en bibliothèques : l’exemple de Twitter et Facebook

9 05 2009

Twitter ?

twitter-logoTwitter est un outil de réseau social et de microblogage. Sa principale fonctionnalité est d’envoyer des minis messages, ou Tweets,  (pas plus de  140 caractères) et de les communiquer à d’autres usagers.

Grâce à Twitter, il est possible de suivre les mises à jour des autres utilisateurs en direct, sur le site de Twitter, par un plugin sur son navigateur, un téléphone portable ou une messagerie instantanée.

Twitter, de l’anglais « gazouiller », est né à San Francisco en 2006. Il a été crée par Noah Glass et Jack Dorsey dans le cadre d’un projet de recherche pour la société Odeo. Une des forces de Twitter est de proposer une API, qui permet de construire facilement des applications ou des services s’appuyant sur la plateforme Twitter.

Usages possibles de Twitter

Cet échange de courts messages représente un outil simple et efficace pour diffuser et collecter l’information, alliant communication, interne et institutionnelle, médiation documentaire et moyen d’évaluation.

Grâce à Twitter, il est possible :

  • D’informer l’usager : en publiant sur les tweets l’actualité de la bibliothèque : évènements et animations, dernières acquisitions, disponibilité d’un ouvrage, etc.
  • D’effectuer une veille push : en se créant un réseau social de professionnels, puis en consultant les dernières informations mises en ligne.
  • D’évaluer les services : en recherchant et en suivant sur Twitter les commentaires d’utilisateurs sur les bibliothèques ou les ouvrages.

Quelques « petits plus » de Twitter

  • Twitterfeed : outil permettant de publier directement les derniers articles de votre blog, ou n’importe quel flux RSS sur Twitter.
  • Twitterfox : extension Firefox notifiant directement sur le navigateur des derniers tweets publiés.
  • Intégration de Twitter à la page de  recherche Google : recherche dans les cinq derniers tweets, et publication des résultats en début de page, afin de rester informer des évolutions rapides d’un sujet.
Liens :

Les bibliothèques utilisant Twitter

Facebook pour une bibliothèque ?

Facebook, réseau social de référence sur le web, rassemblant plus de 200 millions d’utilisateurs, peut devenir un outil précieux pour une bibliothèque.

En se créant une page Facebook, une bibliothèque permet aux visiteurs de sa page de se tenir  informés de son actualité et de les fidéliser.

Oui, mais pas seulement : la page Facebook d’une bibliothèque n’est pas la même que celle de son site institutionnel, et utilise toutes les facettes du web 2.0.

On y retrouve :

Les outils classiques : fils RSS, partage des photos sur Flickr, intégration des favoris Delicious, etc. sur sa page Facebook.

Des applications spécifiques aux bibliothèques (en voici quelques unes) :

  • Facebook Athenaeum : API qui intègre les ressources d’une bibliothèque directement sur Facebook.
  • LibGuides Librarian : permet aux utilisateurs de LibGuides  d’afficher leurs guides sur leur profil et de rechercher dans le catalogue de leur bibliothèque.
  • weRead (Books iRead) : application où l’on peut partager des commentaires sur les livres que l’on a lus, les évaluer, etc.
  • Bookshare Books : application où il est possible d’ajouter des livres dans sa bibliothèque sur Facebook, les évaluer, faire des critiques, les ajouter à ses favoris, échanger des avis.
  • Librarian : liens vers des livres, ressources universitaires, références, que l’on peut ajouter et évaluer. Il existe sur cette application un service de questions réponses « Ask a Librarian », ainsi que différents widgets.librarian




Outils 2.0 en bibliothèques : quels apports ?

9 05 2009

Il peut-être difficile aux bibliothèques traditionnelles de saisir les enjeux du web 2.0 pour le développement de leurs services. Il s’agit ici de comprendre, à travers l’exemple d’applications concrètes, que le web 2.0 nous propose des outils, que nous devons mettre au service d’une politique documentaire.

A travers le web 2.0, il devient en effet possible :

  • d’instituer un nouveau rapport avec l’usager
  • de valoriser nos compétences
  • de valoriser nos collections dans le cadre d’objectifs précis

Voyons quels modèles peuvent nous inspirer sur ces usages…

Enrichir ses données

L’ enrichissement des données des catalogues en lignes permet de valoriser ses collections auprès des usagers :

Valoriser ses services

Développer ses services via le web 2.0 peut permettre aux bibliothèques de mieux se faire connaître et de fidéliser un public à distance. Les nouvelles fonctionnalités technologiques deviennent un moyen d’améliorer les services aux usagers.

Diffuser des alertes grâce aux RSS

Proposer l’abonnement à des fils RSS sur un blog de bibliothèque permet aux utilisateurs de se tenir au courant de toutes les nouveautés mises sur le blog. Ils peuvent ainsi :

  • Être tenus au courant des dernières acquisitions
  • S’informer des actualités de la bibliothèque : Buboblog de l’Université de Brest
  • Accéder à des sommaires de revues et à des résumés

Du côté des professionnels, l’abonnement à des flux RSS redirigés vers une plateforme web 2.0 (blog, Netvibes, GoogleReader…) permet par exemple :

  • De faire une veille sur des bases de données ou sur des sites professionnels
  • De s’informer des manifestations professionnelles :  Tour de toile (blog du BBF)

Former les usagers

  • Wikis pour utiliser les ressources de la BU : Université d’Aix-Marseille 3
  • Proposer des dossiers documentaires sous forme de blogs
  • Proposer des cours en ligne pour un public spécifique ou selon les préoccupations de la bibliothèque : Ensmedia (plateforme de l’ENS lettres et sciences humaines)

Partager ses ressources

Entre professionnels des bibliothèques, le partage des ressources et la veille partagée peuvent s’avérer utiles pour faciliter le travail au quotidien :

Des OPAC plus participatifs

Les nombreux choix de plateformes et d’outils du web 2.0 ont aussi une incidence sur les catalogues en ligne, qui peuvent devenir d’intéressants espaces de participation et de discussion tant pour les professionnels que pour le public des bibliothèques :

  • Proposer des critiques de livres : Everitoutèque
  • Collecter les avis des usagers et des bibliothécaires : médiathèque de Dole
  • Recommander des lectures (« ont lu aussi »)

NB : Cet article s’appuie en grande partie sur le cours de Thomas Chaimbault, Les bibliothèques à l’épreuve du 2.0.

Liens

Université de Caroline du Nord

BU d’Angers

Université de Pennsylvania

Everitouthèque : blog des médiathèques du pays de Romans

Buboblog : blog de l’université de Brest

Tour de Toile : blog du BBF (Bulletin des bibliothèques de France)

Blog à Part : de la bibliothèque de Toulouse

Wiki de la BU d’Aix-Marseille 3

Ensmédia

University of Minnesota libraries Staff website

Bibliopedia

Blog de la médiathèque de Dole

Del.icio.us de l’Université Paris 4

Biblioflux





Introduction à la bibliothèque 2.0

8 05 2009

Présentation de l’évolution des services en bibliothèques grâce aux outils et plateformes du web 2.0

Modernisation des services et des usages

Grâce au web 2.0, l’internaute peut désormais créer du contenu, partager ses documents numériques, commenter des objets numériques partagés, proposer des tags pour indiquer le contenu d’un objet, et même réaliser des évaluations au moyen de classement.

L’internaute est devenu actif, créateur d’informations, contributeur, producteur de métadonnées par la socialisation de l’indexation, la folksonomie.

Il est également devenu autonome pour la recherche d’information.

Tout cela pourrait avoir pour conséquences une baisse de fréquentation des bibliothèques et la disparition des intermédiaires, c’est-à-dire des bibliothécaires !

Or, contrairement à ce que l’on pourrait penser, la bibliothèque n’est pas concurrencée par Internet, et le web 2.0 améliore ses services plutôt que de les remplacer.

Internet est tout d’abord un nouveau moyen de communication, plus accessible et plus attrayant. Grâce au web 2.0, on assiste à une naissance d’une nouvelle relation entre l’utilisateur et le bibliothécaire.

La bibliothèque 2.0 replace la bibliothèque comme fournisseur de services et non uniquement comme espace culturel. Elle apporte une nouvelle image, moderne et attractive, où l’utilisateur est au centre de son activité, et qui rompt avec son image austère et inaccessible.

La bibliothèque 2.0 c’est :

Améliorer les outils existants, approfondir les services traditionnels.

Délivrer de nouveaux services.

Se promouvoir par le biais de nouveaux outils.

Ouvrir un nouvel accès à l’utilisateur, où il est également contributeur.

Le butinage sur un catalogue en ligne, c’est possible !

 

En allant à la bibliothèque, en flânant dans les rayons, on tombe toujours sur un livre qu’on ne cherchait pas, mais qu’on est ravi d’avoir trouvé.

On pourrait penser qu’avec les sites de bibliothèques en ligne, ce genre de chose n’arrive pas. Mais grâce au web 2.0, c’est possible, avec la recommandation statistique, la mise en valeur du catalogue à partir des usages, l’ouverture du catalogue à l’usager qui peut faire des commentaires, des recommandations ou des appréciations.